«Bond, c’est un héros en noir et blanc qui vit dans un monde en technicolor»

Jean-Philippe Costes est un expert des aventures de James Bond. Il a consacré, il y a peu, un passionnant opus au célèbre agent (Le monde selon James Bond, Ed. Liber). Pour lui, la couleur de peau de 007 importe peu. «  Bond, c’est un héros en noir et blanc qui vit dans un monde en technicolor. On fait tout un débat aujourd’hui sur la couleur de Bond, sera-t-il noir ou blanc, mais en vérité ça n’a aucune importance. Si on est terre à terre, la couleur de Bond est problématique. D’abord parce que Ian Fleming, le romancier, était plutôt raciste. Umberto Eco a écrit quelques pages bien senties sur le sujet, dans son essai sur le surhomme. Mais le Bond que l’on connaît, au cinéma, n’est absolument pas raciste. Il est misanthrope et anti-humaniste, ça oui.  »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct