Asia Argento, de victime à bourreau

Asia Argento, de victime à bourreau

L es choses ont changé. On ne va plus vous permettre de vous en tirer sans être inquiété  ». Le discours émouvant d’Asia Argento, poing levé à Cannes en mai dernier, flotte encore dans l’air quand les révélations du New York Times tombent ce lundi. L’actrice italienne, l’une des premières à avoir accusé publiquement le magnat américain Harvey Weinstein de l’avoir violée, porte-parole du mouvement #MeToo, a versé de l’argent à un homme qui affirmait qu’elle l’avait agressé sexuellement à l’âge de 17 ans, selon des documents envoyés au journal américain par une source non identifiée.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct