L’archive du jour: «Le Thalys a frôlé le pire»

Le suspect, arrêté par la police en gare d’Arras, disposait de plusieurs chargeurs remplis de balles dans son sac à dos. De quoi faire un carnage. Grâce à deux militaires qui l’ont maîtrisé dans le train, il n’a pas pu mettre son plan à exécution. © Reuters
Le suspect, arrêté par la police en gare d’Arras, disposait de plusieurs chargeurs remplis de balles dans son sac à dos. De quoi faire un carnage. Grâce à deux militaires qui l’ont maîtrisé dans le train, il n’a pas pu mettre son plan à exécution. © Reuters

(article paru le 22 août 2015)

Un massacre majeur a sans doute été évité par l’intervention décidée des deux Marines américains, interpellés par l’attitude du suspect qui s’était rendu dans les toilettes du wagon de 1re classe du Thalys Amsterdam-Paris, vendredi, y montant sa Kalachnikov et faisant entendre un bruit de culasse caractéristique des armes de guerre.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct