«La question du devoir» ou le théâtre en effraction dans les écoles

Alors qu’elle graffe les figures qui l’inspirent, Alex diffuse imperceptiblement les questions sur l’engagement.
Alors qu’elle graffe les figures qui l’inspirent, Alex diffuse imperceptiblement les questions sur l’engagement. - Rtjp

Petite, on avait toujours du mal à choisir les attractions à la foire. De loin, avec les lumières rugissantes, les hurlements hystériques, la vitesse des chenilles sur les rails : tout nous faisait de l’œil. Mais une fois dans le manège en question, on était parfois déçu : le cheval de bois était en toc, le chariot de la chenille était brinquebalant, et l’attraction n’allait finalement pas si vite que ça. Aujourd’hui, les Rencontres de Huy nous font parfois cet effet-là. Tout nous fait envie mais une fois dedans, certaines pièces manquent de rythme, d’écriture, d’enjeu. Heureusement, quand on tombe sur la bonne pièce, le frisson est garanti. Et alors, c’est encore mieux que d’attraper le pompon !

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct