Fédérer les mouvements populistes, le fantasme européen bancal de Steve Bannon

Steve Bannon et Marine Le Pen au congrès du Rassemblement national à Lille en mars 2018.
Steve Bannon et Marine Le Pen au congrès du Rassemblement national à Lille en mars 2018. - Reuters

L e Brexit était un avant-goût de la victoire de Trump en 2016. En Europe, la révolte nationaliste populiste a un an d’avance sur les Etats-Unis. » La petite phrase avait été glissée en mai dernier, lors d’une conférence à Budapest. Elle laissait déjà entrevoir les intentions européennes de Steve Bannon. En juillet dernier, le sulfureux ancien conseille de Donald Trump l’annonçait en fanfare au Daily Beast  : il souhaite créer une fondation en Europe afin de mener une révolte populiste d’extrême droite sur le continent. Avec en ligne de mire les élections européennes de 2019.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Aussi en Europe