Migrants: les menaces de l’Italie restent sans effet sur ses partenaires européens

Le bateau Diciotti dans le port sicilien de Catane
: Rome refuse de laisser débarquer ces migrants, principalement érythréens et somaliens.
Le bateau Diciotti dans le port sicilien de Catane : Rome refuse de laisser débarquer ces migrants, principalement érythréens et somaliens. - AFP.

Les menaces et le chantage de l’Italie n’y ont rien fait. Réunis vendredi à Bruxelles sur l’initiative de la Commission européenne, les représentants de douze pays européens n’ont pas trouvé de solution pour partager entre eux l’accueil de 170 migrants sauvés en Méditerranée la semaine passée, mais retenus sur ordre du gouvernement italien sur le bateau Diciotti, dans le port sicilien de Catane. Conformément à la nouvelle politique édictée par Matteo Salvini, ministre de l’Intérieur, patron de la Ligue (extrême droite) et véritable homme fort du gouvernement antisystème, Rome refuse en effet de laisser débarquer ces migrants, principalement érythréens et somaliens, tant que l’UE ne s’engagera pas à en partager immédiatement l’accueil. Réagissant à l’absence de solution européenne sur le Diciotti, le Premier ministre italien Giuseppe Conte a annoncé que « nous en tirerons les conséquences ».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct