Quand l’Europe est en mal de projet populaire

Quand l’Europe est en mal de projet populaire
Reporters.

La rentrée européenne annonce une année que la concomitance de crises à surmonter rend plus périlleuse que jamais. (Pour rappel : Brexit, politique migratoire, crise transatlantique, activisme hostile russe, élections européennes où l'on redoute l’émergence d’un front populiste plus fort que jamais...) Tout cela dans une Union secouée par des gouvernements « disruptifs » en Hongrie, Pologne, Italie, voire Autriche, et à l’ombre d’une économie hésitant éternellement entre croissance molle et stagnation.

À l’aune de cette « polycrise », la décision de la Commission européenne de proposer prochainement la suppression du changement d’heure, prise et annoncée dans une certaine précipitation lors de sa retraite annuelle à Genval, peut paraître quelque peu dérisoire.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct