A Deauville, l’aventure américaine de Mélanie Laurent passe par Galveston

Mélanie Laurent, la réalisatrice, aux côtés de son actrice dans «
Galveston
», Elle Fanning.
Mélanie Laurent, la réalisatrice, aux côtés de son actrice dans « Galveston », Elle Fanning. - CHARLY TRIBALLEAU/AFP.

Depuis Deauville

Surfer sur la vague et dérouler le tapis rouge aux femmes, c’est le parti pris intelligent du 44e Festival du cinéma américain de Deauville qui se tient jusqu’au 9 septembre. Avec un jury très féminin (Leïla Bekhti, Sabine Azéma, Sara Giraudeau), présidé par Sandrine Kiberlain. Avec des hommages à Kate Beckinsale, célèbre guerrière vampire dans la saga Underworld, Sarah Jessica Parker, qui incarna le vent de liberté qui souffla sur l’Amérique à travers la série culte Sex and the city, et dans le cadre du Nouvel Hollywood, Shailene Woodley, révélée en 2011 par The Descendants d’Alexander Payne puis, deux ans plus tard, par la saga Divergente, ainsi que Elle Fanning, 20 ans et déjà près de 30 films dont Gavelston, de la Française Mélanie Laurent qui fit l’événement ce week-end.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct