L’extrême-droite allemande refuse de se débarrasser de son aile néonazie

Manifestation à Chemnitz en Allemagne, le 1 septembre 2018.
Manifestation à Chemnitz en Allemagne, le 1 septembre 2018. - EPA

Depuis Berlin,

Faut-il surveiller le parti d’extrême-droite AfD (Alternative pour l’Allemagne), la première force d’opposition à l’assemblée fédérale (Bundestag) ? La question occupe tous les médias en ce début de semaine après les manifestations très agressives de Chemnitz en Saxe où plusieurs mouvements d’extrême-droite ont marché côte à côte pour dénoncer la politique migratoire d’Angela Merkel (voir nos trois portraits).

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct