En Birmanie, la démocratie d’Aung San Suu Kyi fait marche arrière

En Birmanie, la démocratie d’Aung San Suu Kyi fait marche arrière

Cest un triste jour pour le Myanmar (Birmanie), pour les journalistes de Reuters Wa Lone et Kyaw Soe Oo, et pour la presse partout dans le monde  ». L’éditeur en chef de Reuters, Stephen J. Alder a ainsi commenté la condamnation à sept ans de prison infligée ce lundi à deux jeunes (28 et 32 ans) et courageux journalistes birmans qui travaillaient pour l’agence Reuters sur les massacres de civils rohingyas il y a un an. Avant d’ajouter que Reuters ne resterait pas sans rien faire alors que ses journalistes «  subissent cette injustice : nous allons évaluer comment il convient d’agir, et notamment s’il convient de chercher de l’aide au niveau international  », car ce verdict a «  pour but de museler les enquêtes et d’intimider la presse  ».

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct