Mostra: «Ne nous posons pas la question du sexe d’un film»

Jennifer Kent définit «
The Nightingale
», son 2e long-métrage, «
une méditation sur la violence
».
Jennifer Kent définit « The Nightingale », son 2e long-métrage, « une méditation sur la violence ». - D.R.

Venise

D ans un monde futur, j’aimerais simplement être vue comme quelqu’un qui fait des films (et pas comme une femme qui fait des films, NDLR). Je suis curieuse de savoir si on demande aux hommes leur sentiment sur le fait d’être un homme en compétition dans un festival de cinéma… Dans ce genre de situation, je ne pense pas à moi en termes de genre. Je n’y pense pas non plus quand je tourne un film. Qu’il y ait plus d’attention pour les voix féminines est évidemment une de mes principales préoccupations. Nous avons besoin d’un plus grand respect pour les voix de femmes à travers le monde. Ça nous concerne tous, pas seulement les femmes. C’est vital. »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct