Le machisme s’invite à la Mostra… et est gentiment refoulé

La réalisatrice Jennifer Kent et son actrice principale, Aisling Franciosi.
La réalisatrice Jennifer Kent et son actrice principale, Aisling Franciosi. - D.R.

« Vergogna puttana, fai schifo ». Littéralement : « Honte à toi pute, tu me dégoûtes ». Voilà les mots utilisés par un vulgaire individu à l’issue de la 1ère projection presse et industrie à Venise de The Nightingale de Jennifer Kent mercredi, seule réalisatrice femme en compétition de cette 75e édition de la Mostra.

Malaise dans la salle et réactions en chaîne sur les réseaux sociaux.

Il faut dire que ce genre de comportement n’est malheureusement pas isolé, et qu’il est d’autant plus choquant qu’il est celui de quelqu’un lié de près ou de loin à l’industrie du cinéma. Aux grands maux les grands remèdes : la direction du festival a annoncé ce jeudi sur Twitter qu’elle avait suspendu l’accréditation de la personne en question.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct