Besson/Ferlet/Kerecki Aïrés

Edition numérique des abonnés

C’est un disque parfait. Rien à jeter, aucun regret.

D’abord il y a le son, délicat, juste, lyrique et minimaliste à la fois, dense. A la trompette d’Airelle Besson bien sûr, pure et fragile. Mais aussi à la contrebasse de Stéphane Kerecki, pleine, ronde, et au piano d’Edouard Ferlet, magnifique, mélodique et rythmique.

Au-delà de cette matière sonore, il y a le répertoire de cet album, proche du classique, avec des compositions de chacun des musiciens et des « reprises » de Ravel, Fauré, Tchaïkovski, des mélodies et des harmonies fortes, où le trio se permet avec grâce de bouger entre les lignes, où il trouve des portes qui permettent de s’échapper de la partition.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct