La secte bouddhiste OKC devant la justice belge

Robert Spatz, le lama fondateur et principal inculpé
Robert Spatz, le lama fondateur et principal inculpé

Le procès correctionnel d’une poignée de responsables d’OKC (Ogyen Kunzang Chöling) commencera le 4 janvier. Après les vastes perquisitions de 1997, l’enquête a encore mis des années pour dénouer l’organisation tentaculaire qui s’ancrait aux quatre coins de l’Europe. Robert Spatz, le lama fondateur et principal inculpé, devra répondre personnellement d’au moins 6 plaintes pour abus sexuels préférentiellement sur mineures, et faire face à plus d’une centaine de préventions sur la construction financière ainsi qu’à la qualification d’association de malfaiteurs. Le terme « secte » n’étant pas reconnu judiciairement parlant, des voix officielles d’OKC se sont clamées courroucées de l’usage du vocable « sectaire » par la chambre du conseil, comme de l’évocation de la communauté dans deux enquêtes parlementaires en France et en Belgique.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct