Rêver sous le capitalisme La vision nocturne du monde

<span>Rêver sous le capitalisme</span> La vision nocturne du monde

Douze hommes et femmes, de professions diverses à responsabilités variables, racontent leur rêve. Soit douze cauchemars décalés qui expriment de manière poétique, surréaliste, politique, une souffrance profonde et subjective due au travail envahi par des pratiques managériales violentes.

On relate souvent les signaux d’alerte du corps. Ici, on a dépassé ce stade pour un champ plus intime, celui de l’esprit mettant en scène des zombies, une fenêtre murée, un corps assassiné, des mangeurs de cervelle avec des cuillères géantes… Images parlantes de la pression, de la peur, des tensions, des absurdités, de la perte de dignité et de la perte de sens.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct