Face au monde

Barthélémy Toguo, «
sans titre
», 2018, aquarelle sur papier marouflé sur toile, 100 x 100 cm, 29.000 euros.
Barthélémy Toguo, « sans titre », 2018, aquarelle sur papier marouflé sur toile, 100 x 100 cm, 29.000 euros. - DR

Que croyez-vous que soit un artiste ?, s’exclamait jadis Picasso. Un imbécile qui n’a que des yeux s’il est peintre, des oreilles s’il est musicien, ou une lyre à tous les étages du cœur s’il est poète, ou même s’il est boxeur, seulement des muscles ? Bien au contraire, il est en même temps un être politique, constamment en éveil devant les déchirants, ardents ou doux événements du monde, se façonnant de toutes pièces à leur image. »

C’est par cette citation que Philippe Piguet, critique d’art et commissaire de très nombreuses manifestations dans le monde de l’art, accueille les visiteurs du « Hangar » sur la place du Châtelain. Convié à y monter une exposition pour la rentrée, l’homme a choisi d’y déployer l’univers de deux artistes contemporains à la fois très contrastés et très complémentaires.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct