lesoirimmo

Le plan du gouvernement wallon pour éponger la bulle photovoltaïque

BNP Paribas prêtera à Elia l’argent nécessaire au rachat des certificats dont personne ne veut sur le marché, un prêt de 1,8 milliard d’euros.
BNP Paribas prêtera à Elia l’argent nécessaire au rachat des certificats dont personne ne veut sur le marché, un prêt de 1,8 milliard d’euros. - Bruno Dalimonte

Fumée blanche ! Après des longues semaines de négociations, le gouvernement wallon MR-CDH a fini par s’entendre sur le fameux dossier de la bulle photovoltaïque. Une solution « simple, juste, globale et définitive », fanfaronnait le ministre de l’Energie, Jean-Luc Crucke (MR). Voilà ce que l’accord raconte.

1 L’origine du mal. Le problème est connu. Mais il est toujours bon d’en replanter les contours pour comprendre la solution. En résumé : le marché des certificats verts wallons a totalement déraillé. L’idée de base était pourtant simple. D’un côté, on offre à tout producteur d’électricité renouvelable un certain nombre de certificats verts, en guise de subside. De l’autre, on impose aux fournisseurs d’électricité des quotas de certificats à racheter. Exemple : en 2018, 35,65 % de l’électricité qu’ils vendent doit être couverte par des certificats verts.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct