Chris Marker a respiré le monde et traversé ses grands bouleversements

Voyageur invétéré dès 1945, Chris Marker s’est toujours moqué des frontières et s’est inspiré du monde.
Voyageur invétéré dès 1945, Chris Marker s’est toujours moqué des frontières et s’est inspiré du monde. - Bruno Dalimonte.

Sur la jetée d’Orly, un enfant est frappé par le visage d’une femme qui regarde mourir un homme. Vingt-huit minutes plus tard, on comprend que cet instant qui va l’obséder toute sa vie n’est autre que la vision de sa propre mort. La jetée est l’un des trois films projetés dans son intégralité au sein de l’exposition « Chris Marker. Memories of the future » qui, après la Cinémathèque de Paris, vient s’installer à Bruxelles pour quatre mois. A la question «  Comment présenteriez-vous votre œuvre à un jeune qui ne connaîtrait pas Chris Marker ?  », le cinéaste avait répondu : «  Je lui dirais de lire L’invention de Morel(un classique de la littérature fantastique du XX siècle qui inspira L’Année dernière à Marienbad, d’Alain Resnais, NDLR) et d’aller au cinéma en oubliant tout ce qu’on lui a dit de voir  ».

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct