Les listes citoyennes: des listes «déguisées»?

Les listes citoyennes: des listes «déguisées»?
Roger Milutin.

Ce n’est pas une nouveauté. Et pourtant se dégage l’impression qu’elles foisonnent désormais dans le paysage électoral. Elles, ce sont les listes citoyennes ou dénommées comme telles. Nées de la méfiance croissante à l’égard du politique, elles entendent marquer une césure sinon une rupture dans l’hégémonie des partis traditionnels. Elles offrent le visage de la nouveauté, donc de la virginité, et promettent le changement, parfois façon « tabula rasa ».

Et pourtant, avant de cocher au crayon rouge le ou les cercles blancs qui bordent la colonne « citoyenne », mieux vaut se renseigner. Car toutes n’en sont pas nécessairement, du moins au sens repris ci-dessus. Et l’on ne se situe parfois pas très loin de la duperie. Explications.

Les listes « déguisées »

Dans certaines communes, un parti au pouvoir ou dans l’opposition choisit de ne pas se présenter sous son sigle propre. Parfois pour suggérer le renouveau (en accueillant éventuellement des « candidats d’ouverture »), parfois pour se refaire une virginité. Mais dans les faits, la liste reste apparentée à une famille politique. Dont sont d’ailleurs issus les candidats placés aux avant-postes.

Les cartels

En certains lieux, plusieurs groupes politiques choisissent d’aller ensemble aux élections. Soit pour accroître les chances de succès (surtout face à un parti majoritaire), soit parce que les volontaires manquaient pour constituer des listes dites « homogènes ». Mariant différentes couleurs politiques, certains se sentent alors autorisés à user de l’adjectif « citoyenne » pour désigner la troupe qui se présente au scrutin. Et cela même si le gros des fantassins et, surtout, des gradés présente des états de services antédiluviens.

Les associations de « déçus »

Leurs têtes ne vous disent rien mais si vous inscrivez leurs noms sur un moteur de recherche, vous leur découvrirez un pedigree insoupçonné. Eux, ce sont les déçus de la politique. En général, ils ont milité dans un ou plusieurs partis, finissant tôt ou tard pour de bonnes ou de moins bonnes raisons par prendre la porte. Mais leur envie d’en découdre les amène très vite à revenir à la politique, quitte à passer par la fenêtre. Et dans certains cas, en certains endroits, ils se lovent dans l’étoffe citoyenne pour mieux cacher leur armure déjà flétrie au combat. Ils n’ont rien de novices et caressent parfois d’autres ambitions, parfois revanchardes. Au point de mettre en cause leur profession de foi citoyenne.

L’extrême droite

Ce n’est plus impensable. Avec la libération d’une certaine parole politique, l’extrême droite s’est départie des derniers oripeaux de culpabilité qui la recouvraient. Délaissant parfois les sigles et appellations classiques (Front, Bloc, etc.), elle se targue désormais de la dénomination citoyenne là où l’adjectif ne lui est pas disputé. Mieux vaut, dès lors, se pencher sur le programme avant de décerner un satisfecit civique sur la seule base d’une étiquette.

Les listes citoyennes

Les voilà ! Portées par des novices en politique, elles ont germé spontanément là où le besoin de renouveau se faisait ressentir. Elles portent tantôt un combat ou une revendication, tantôt un projet d’ensemble pour la commune. Elles caressent l’espoir de changer la politique de l’intérieur, même si l’inexpérience de ses promoteurs les expose à certaines déconvenues. Et cela d’autant plus qu’ils ne maîtrisent pas toujours les « codes » du champ politique. Néanmoins, là où l’affrontement se fait manichéen, les listes citoyennes peuvent renverser certains bastions réputés imprenables. Et apporter un véritable changement dans les communes où elles auront percé.

Cet article réservé aux abonnés
est en accès libre sur Le Soir+
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

     

    Cet article réservé aux abonnés est exceptionnellement en accès libre

    Abonnez-vous maintenant et accédez à l'ensemble des contenus numériques du Soir : les articles exclusifs, les dossiers, les archives, le journal numérique...

    1€
    le 1er mois
    J'en profite
    Déjà abonné?Je me connecte
    Aussi en Communales 2018