IVG: Lutgen force le trait

«
Nous souhaitons des balises fixées au travers de la loi
», a déclaré Benoît Lutgen au Grand Oral.
« Nous souhaitons des balises fixées au travers de la loi », a déclaré Benoît Lutgen au Grand Oral.

Interrogé par Béatrice Delvaux et Jean-Pierre Jacqmin pour le Grand Oral RTBF/Le Soir, puis invité sur RTL par Pascal Vrebos, le président du CDH Benoît Lutgen était en tournée médiatique ce week-end. Il est – notamment – revenu sur la proposition de loi sur l’interruption volontaire de grossesse, déposée ce mercredi par la majorité avec le soutien du CDH : « Certains ne voulaient plus aucune balise. Ça veut dire qu’on peut avorter à n’importe quel moment au cours de sa grossesse sans être sanctionné ! Nous voulions qu’il y ait encore un certain nombre de règles qui soient fixées au regard de la loi », a asséné le député fédéral au micro de la RTBF.

Dans l’émission dominicale de Pascal Vrebos, le Bastognard a enfoncé le clou : « On ne peut pas dire, comme le parti socialiste (et Défi l’a suivi en partie), qu’on avorte à huit ou sept mois et qu’il n’y aura pas de poursuites. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct