Keir Starmer fait renaître l’espoir des travaillistes pro-européens

Le responsable du Brexit au sein du Parti travailliste britannique n’a pas exclu mardi, lors du congrès du parti, de poser la question du «maintien» du Royaume-Uni dans l’Union européenne en cas de nouveau référendum, un virage inattendu.
Le responsable du Brexit au sein du Parti travailliste britannique n’a pas exclu mardi, lors du congrès du parti, de poser la question du «maintien» du Royaume-Uni dans l’Union européenne en cas de nouveau référendum, un virage inattendu. - Reporters.

Keir Starmer n’a pas le sens de la formule qui fait mouche. Sa voix légèrement nasillarde n’aimante pas automatiquement l’attention de son auditoire. Sa carrure n’est pas celle de Dominic Raab, le ministre chargé du Brexit de Theresa May. Pourtant, le député londonien a réussi mardi à créer la sensation au congrès annuel du Parti travailliste.

Chargé du dossier du Brexit dans le cabinet fantôme de Jeremy Corbyn, M. Starmer, 56 ans, a affirmé que la possibilité de mettre un coup d’arrêt au Brexit lors d’un second référendum devait être envisagée. Il l’a affirmé d’une voix ferme, sans être tonitruante, et en prenant quelque liberté avec le texte de son discours, distribué au préalable à la presse. « Personne n’exclut que le Remain soit une option (sur le bulletin de vote, NDLR)  », a-t-il lâché.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct