L’archive du jour: «Le trompettiste du silence était la seule star du jazz»

Miles Davis en 1958. © Don Heinstein/ Sony BMG.
Miles Davis en 1958. © Don Heinstein/ Sony BMG.

(article paru le 30 septembre 1991)

Issu d’un jazz qui n’a pas l’habitude du star-system, soit par modestie comme ce fut le cas pour Armstrong, Ellington, Gillespie ou Ella Fitzgerald, soit en raison de l’image sulfureuse qu’ils véhiculaient avant de mourir prématurément, tels Charlie Parker, Billie Holiday ou Lester Young, Miles Dewey Davis sera le seul à très vite saisir l’importance que l’image peut avoir au profit de la promotion d’une musique qui, a priori, n’a rien de commercial.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct