Dans l’arène de Bastogne, les jeux du cirque de Benoît Lutgen

Ce soir-là, Benoît Lutgen est à Marvie, l’un des 41 villages de Bastogne. Il y présente son bilan et ses projets à venir, devant une salle conquise. Il réitérera l’exercice dans dix autres bourgs. Inlassablement. Pour parler contenu, pas du duel avec son frère Jean-Pierre, qui occulte pourtant bien souvent les enjeux de fond. A son grand dam...
Ce soir-là, Benoît Lutgen est à Marvie, l’un des 41 villages de Bastogne. Il y présente son bilan et ses projets à venir, devant une salle conquise. Il réitérera l’exercice dans dix autres bourgs. Inlassablement. Pour parler contenu, pas du duel avec son frère Jean-Pierre, qui occulte pourtant bien souvent les enjeux de fond. A son grand dam... - Dominique Duchesnes.

Le 14 octobre, c’est sa vie politique qui se joue. Benoît Lutgen le sait. Il le confie parfois à l’un ou l’autre : «   Si je perds, ce sera une autre vie pour moi.   » Comprenez : en dehors de la politique. «   Comment être le chef dans ton pays si tu es battu dans ton village ? », illustre l’un de ses proches.

Gagner ou s’en aller

Car Benoît Lutgen n’est pas que bourgmestre de Bastogne. Il est également député fédéral et président du CDH. Un CDH malmené dans les sondages. Et un président contesté en interne l’an dernier pour sa gestion du parti, voire ses choix (ah, son coup du 19 juin…).

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct