Carme Forcadell: «Un débat d’idées poursuivi au pénal, cela n’a rien de démocratique»

Carme Forcadell présidait le parlement catalan lors du vote sur la déclaration unilatérale d’indépendance du 27 octobre 2017.
Carme Forcadell présidait le parlement catalan lors du vote sur la déclaration unilatérale d’indépendance du 27 octobre 2017. - AFP

Si Carles Puigdemont a pu présenter librement son livre cette semaine dans la capitale de l’Europe, tous les responsables indépendantistes ne peuvent pas en dire autant… Depuis près d’un an, neuf d’entre eux ont été arrêtés et placés en détention provisoire par la justice espagnole. C’est le cas de Carme Forcadell, la présidente du parlement catalan destituée par le gouvernement de Mariano Rajoy après la déclaration unilatérale d’indépendance du 27 octobre dernier. Son « crime » ? Avoir organisé le vote sur le texte au parlement et qui a mené à la déclaration d’indépendance aussitôt suspendue. Elle risque jusqu’à 30 ans de prison.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Aussi en Europe