Brexit: la tentation grandissante d’un second référendum

A Londres, une membre de ce centre de fitness, un peu particulier, jette une balle sur le visage de la Première ministre Theresa May.
A Londres, une membre de ce centre de fitness, un peu particulier, jette une balle sur le visage de la Première ministre Theresa May. - Reuters

Theresa May ne veut pas entendre parler d’un second vote sur le Brexit. Ce serait « une grave trahison de la démocratie », a prévenu la première ministre début septembre. Mais, à six mois du Brexit, de plus en plus de Britanniques se disent favorables à un nouveau référendum sur l’avenir du Royaume-Uni en Europe, y compris certains des électeurs qui ont fait le choix de la sortie de l’Union européenne le 23 juin 2016.

Frances Bevan, une infirmière galloise à la retraite, a changé d’avis sur le Brexit l’an dernier. « Au moment du référendum, la nostalgie de l’empire britannique l’a emporté. Je me disais “nous avons été une grande nation, il n’y a pas de raison que nous ne le soyons pas de nouveau”  », témoigne la septuagénaire.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct