A Marche-en-Famenne, une prison d’un autre genre

A Marche, les femmes sont libres de s’habiller comme elles le souhaitent et d’affirmer leur féminité, mais leur tenue doit rester en adéquation avec le lieu de travail ou les activités auxquelles elles participent. © Pierre-Yves Thienpont.
A Marche, les femmes sont libres de s’habiller comme elles le souhaitent et d’affirmer leur féminité, mais leur tenue doit rester en adéquation avec le lieu de travail ou les activités auxquelles elles participent. © Pierre-Yves Thienpont. - Pierre-Yves Thienpont.

Depuis son ouverture, en octobre 2013, Marche-en-Famenne impose un régime carcéral semi-ouvert basé sur la confiance. Le deal est clair : s’il respecte le règlement, qu’il se tient à carreau, le détenu est admis aux activités sportives, aux formations ou à l’atelier de travail. S’il fait des vagues, il passe plus de temps en cellule.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct