«Si l’accord est mis en œuvre, ce sera un pilier de stabilité dans les Balkans»

Samuel Zbogar, chef de la délégation de l’UE en Macédoine.
Samuel Zbogar, chef de la délégation de l’UE en Macédoine. - Anadolu Agency

Depuis Skopje

Samuel Zbogar, ex-ministre slovène des Affaires étrangères, a longtemps dirigé le bureau de l’Union européenne au Kosovo. Le voilà, depuis 2016, chef de la délégation de l’UE en Macédoine. Il rappelle les enjeux majeurs qui se cachent derrière cette étrange « querelle du nom ».

L’accord conclu entre Skopje et Athènes est aussi lié à l’intégration de la Macédoine dans l’UE et l’Otan – s’il est mis en œuvre. Alors, la Grèce donnera son feu vert à l’ouverture de négociations avec l’UE. Dans le cas contraire, un principe important dans l’UE – les bonnes relations régionales – ne serait pas appliqué.

C’est important pour le pays, pour la région, de voir la Macédoine rejoindre l’Otan et l’UE ?

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct