La vie en suspens des parents de Mawda

Shamden (à gauche) et Perhast 
: «
Si tous ces gens ne nous aidaient pas, on n’aurait rien, on serait dehors.
» © Pierre-Yves Thienpont.
Shamden (à gauche) et Perhast : « Si tous ces gens ne nous aidaient pas, on n’aurait rien, on serait dehors. » © Pierre-Yves Thienpont.

Shamden garde un souvenir vif de sa rencontre avec le Premier ministre quelques jours après le décès de sa fille Mawda, touchée par un tir policier lors d’une course-poursuite avec une camionnette de passeurs. « Il est venu chez nous, il a dit qu’il prendrait le dossier en main, raconte le père de famille de 25 ans. Et puis… Et puis rien. » Faute de régularisation ou d’une quelconque prise en charge, la famille de Mawda vit depuis quatre mois de la charité citoyenne, dans la peur quotidienne de devoir quitter le pays où leur fille est désormais enterrée. Dans l’incapacité, partant, d’entamer leur deuil.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct