Virginie Efira au «Soir»: «Je ne voudrais pas que le féminisme devienne un label»

Virginie Efira n’a pas fini d’étonner la planète  cinéma.
Virginie Efira n’a pas fini d’étonner la planète cinéma. - STÉPHANIE BRANCHU.

C’est la première fois que Virginie Efira faisait ça : envoyer un mot à son agent pour lui dire que le rôle principal du film que Catherine Corsini (Partir, Les ambitieux, La belle saison) préparait était pour elle. Bouleversée par la lecture de Un amour impossible, de Christine Angot, l’actrice belge a bien eu raison de cette audace car elle investit superbement le personnage de Rachel qu’on suit de la vingtaine à la soixantaine face à un amour passionnel qui lui donnera une enfant et qu’elle n’aura de cesse de faire reconnaître par cet homme d’une autre classe sociale qui refuse de l’épouser.

Une femme combative pour le bonheur de sa fille et qui apprendra des années plus tard que l’homme qu’elle aimait violait son enfant.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct