Communales 2018: à Tournai, Demotte et Marghem disputent le match retour

Ville patrimoniale exceptionnelle, Tournai doit aussi faire face au défi de la modernisation. © Roger Milutin.
Ville patrimoniale exceptionnelle, Tournai doit aussi faire face au défi de la modernisation. © Roger Milutin.

L’heure de la revanche. En 2012, le duel était aussi inédit que prometteur. D’un côté, le socialiste Rudy Demotte, grand patron de l’exécutif wallon au curriculum vitæ ministériel interminable. De l’autre, la libérale Marie-Christine Marghem, ogre des voix de préférence à Tournai, éternel espoir ministériel du MCC (Mouvement des Citoyens pour le Changement), la composante de centre-droit du MR.

La bataille était si captivante qu’elle en a occulté tout le reste : les programmes, les autres formations… tout fut emporté dans le tourbillon électoral. Sur le tapis, ce sont les socialistes qui l’ont emporté en parvenant à maintenir leurs 18 sièges sur 39 au conseil communal. Mais c’est bien Marghem qui a ravi le cœur des Tournaisiens en réalisant un score historique de 7.911 voix de préférence, battant au passage Rudy Demotte, futur bourgmestre en titre, de près de 500 votes nominatifs.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct