La pollution hante aussi les villes wallonnes

Pour Greenpeace, les stations urbaines ne mesurent pas correctement la pollution. © Michel Tonneau.
Pour Greenpeace, les stations urbaines ne mesurent pas correctement la pollution. © Michel Tonneau.

La qualité de l’air préoccupe beaucoup la population au nord du pays. A Bruxelles, de plus en plus de mouvements « citoyens » manifestent leur volonté de voir l’atmosphère s’assainir. Dans ces deux Régions, la lutte contre la pollution est devenue un thème de campagne pour les élections communales et sera encore davantage à l’agenda, en 2019, pour les élections régionales et législatives. En Flandre, vient de montrer l’opération « curieuzeneuzen », porté par le quotidien De Standaard, les habitants d’un tiers des communes respirent un air pollué à l’excès.

En Wallonie ? C’est un peu le silence radio. A tort, estime Greenpeace pour qui le sud du pays aurait également du souci à se faire. Si le paysage semble être plus rose, ce n’est qu’une impression, estime l’organisation. Dans les principales villes wallonnes, les poumons des habitants sont aussi exposés à des concentrations de polluants trop importantes.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct