La lettre d’Ivan De Vadder: «C’est la mathématique, idiot!»

La ville d’Anvers, où Kris Peeters (à g.) et Bart De Wever se livrent une bataille sans merci pour le mayorat, sera au centre de toutes les attentions lors des élections du 14 octobre.
La ville d’Anvers, où Kris Peeters (à g.) et Bart De Wever se livrent une bataille sans merci pour le mayorat, sera au centre de toutes les attentions lors des élections du 14 octobre. - Belga.

Le vice-Premier ministre du CD&V Kris Peeters est devenu la personne la plus évoquée pendant cette campagne électorale en Flandre. Ce qui n’est certainement pas pour lui déplaire, parce que chaque publicité est bienvenue en période électorale ; mais d’un autre côté, il faut admettre que la publicité était souvent très négative pour lui.

Il faut admirer la persévérance d’un politicien de niveau national qui s’est lancé dans la campagne anversoise au lieu de rester paisiblement dans sa commune de Puurs, à vingt kilomètres de la métropole maritime. Il aurait pu avoir une campagne relativement calme, assurée d’un succès éclatant, sachant que dans sa commune d’origine, le CD&V avait obtenu en 2012 une majorité absolue avec un score de 51,7 %. Peeters lui-même poussait la liste de son parti et était le troisième élu. Mais attirée par la compétition, une personnalité comme la sienne a besoin d’un défi important.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct