Entre la Belgique et le Congo, c’est «Je t’aime moi non plus»

Didier Reynders et Charles Michel à l’Assemblée des Nations unies, la semaine dernière à New York
: «
double diplomatie
»...
Didier Reynders et Charles Michel à l’Assemblée des Nations unies, la semaine dernière à New York : « double diplomatie »... - Benoît Doppagne/ Belga.

Le « pas de deux » entre la Belgique et le Congo se poursuit, avec comme toile de fond les élections qui sont toujours prévues pour le 23 décembre prochain et que Bruxelles, plus que jamais souhaite «  transparentes  » et «  inclusives  ». Absence d’ambassadeurs dans les deux capitales, réduction des vols de Brussels Airlines, suspension de la coopération et surtout fermeture de la maison Schengen : officiellement, les relations entre Bruxelles et Kinshasa frôlent toujours le degré zéro. Cependant, les « mouvements » se multiplient, qu’il s’agisse de l’activité diplomatique de Didier Reynders ou de l’irruption du Premier ministre Charles Michel dans un dossier qu’il n’a en réalité jamais réellement quitté des yeux.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct