Tax shift: la TVA sur la chirurgie esthétique coince

Photo d’illustration © Le Soir
Photo d’illustration © Le Soir

Injuste, impraticable et non rentable. C’est le jugement sévère que les chirurgiens plastiques portent sur la taxation d’une partie des actes qu’ils posent. Une des mesures du « tax shift », voté vendredi. Réaction protectionniste et corporatiste ? Ils s’en défendent. Interview exclusive de Gaëtan Willemart, président de la société royale de chirurgie plastique.

A lire: Le Tax shift approuvé à la Chambre

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct