Brexit: l’indépendance de l’Ecosse en sourdine

Manifestation pour l’indépendance de l’Ecosse, en juin 2017 à Glasgow
: les organisateurs tablent sur une forte participation à la «
marche
» de ce samedi.
Manifestation pour l’indépendance de l’Ecosse, en juin 2017 à Glasgow : les organisateurs tablent sur une forte participation à la « marche » de ce samedi. - Reuters.

Depuis Londres

Ç a n’est pas le bon moment. » C’est par cette formule qu’en mars 2017 la première ministre britannique Theresa May avait refusé le second référendum sur l’indépendance de l’Ecosse que réclamait Nicola Sturgeon, la First minister écossaise et leader du Scottish National Party. A l’époque, les négociations sur le Brexit n’avaient pas débuté entre le Royaume-Uni et l’Union européenne et Mme Sturgeon ambitionnait de faire revoter les Écossais avant le printemps 2019, « pour décider de l’avenir de l’Ecosse avant qu’il ne soit trop tard ».

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct