Après le photovoltaïque, les craintes d’une «bulle biomasse»

Après le photovoltaïque, les craintes d’une «bulle biomasse»

La Belgique ne sait pas encore trop bien comment elle va sortir du nucléaire en 2025. En attendant, une chose est sûre : elle mise sur la biomasse. Enfin, les Régions misent sur la biomasse, car la compétence « renouvelable » est régionalisée. Si le mot « biomasse » ne vous dit rien, le principe est pourtant simple : dans une centrale biomasse de grande échelle, on brûle du bois (sous forme de pellets ou copeaux) pour créer de la vapeur d’eau, qui active les turbines produisant de l’électricité.

Un principe qui séduit de plus en plus wallons et flamands, qui projettent la construction de trois nouvelles unités biomasse dans les prochaines années. Une dans le port de Gand (215 MW opérationnels fin 2018), un projet wallon à l’horizon 2021 (sans doute dans le port de Liège), et la reconversion de la centrale au charbon de Langerlo en une centrale biomasse (500 MW). Des projets systématiquement subsidiés par des certificats verts.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct