Soins palliatifs : c’est à moi de mettre les limites

Soins palliatifs : c’est à moi de mettre les limites

Parmi les différentes déclarations anticipées de fin de vie qui existent, celle qui concerne le non acharnement thérapeutique est sans doute la plus délicate. Pour rappel, les soins palliatifs ont pour but d’optimiser la fin de vie de patients atteints d’une pathologie létale. Elle inclut des soins destinés à soulager les maux physiques, mais aussi psychologiques. Parmi ceux-ci, il arrive que le patient doive ingérer artificiellement certains aliments et liquides, doive être réanimé, subir un scanner, une IRM, être placé sous respiration artificielle, voire être plongé dans un coma profond… Pour certains, cette situation n’est pas envisageable et ils préfèrent y mettre un terme. Mais encore faut-il être conscient et apte à le faire savoir.

Depuis 2002, la loi oblige le corps médical à respecter les souhaits du patient

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct