Ni flics, ni psys: Evere a des veilleurs à l’écoute

Face à Gilles, le médiateur, Jojo et Mireille le reconnaissent
: «
S’il n’y avait pas la médiation, on ferait tout de suite appel à la police.
»
Face à Gilles, le médiateur, Jojo et Mireille le reconnaissent : « S’il n’y avait pas la médiation, on ferait tout de suite appel à la police. » - Mathieu Golinvaux.

E t votre fils, il est là ? Vous ne voudriez pas l’appeler pour qu’on puisse parler avec lui ? » Face à cet interlocuteur qui s’agite dans la pénombre de son salon et qui peine à trouver ses mots, Gilles espérait pouvoir clarifier la situation avec un autre membre de la famille. Ses regards insistants vers l’épouse ne reçoivent pour réponse qu’un haussement d’épaules et un profond soupir. Avec sa collègue, Olga, Gilles est déjà intervenu à plusieurs reprises dans ce rez-de-chaussée d’un immeuble à appartements. Le motif de la plainte est invariable : le vacarme provoqué par les voisins du haut. «  Oui mais là, on n’entend aucun bruit, donc on ne peut pas constater les faits, vous comprenez ? On va revenir mais, en attendant, il faut vous calmer  », tente-t-il d’expliquer au retraité à la santé chancelante.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct