Le bourgmestre-type existe, nous l’avons rencontré

Marc Quirynen refuse de se présenter à un autre niveau de pouvoir. «
Il faut garder du temps pour la famille
», juge-t-il.
Marc Quirynen refuse de se présenter à un autre niveau de pouvoir. « Il faut garder du temps pour la famille », juge-t-il. - Mathieu Golinvaux.

Le propre des moyennes est d’emprunter parfois des chemins écartés. Celles concernant le profil statistique du bourgmestre francophone aboutissent ainsi en Famenne, à Nassogne. La localité luxembourgeoise est dirigée depuis huit ans déjà par Marc Quirynen.

A 58 ans – il est né le 11 juillet 1960 –, cet homme affable et discret sollicite un 3e mandat à la tête de sa commune. En effet, après avoir exercé successivement l’ensemble des compétences scabinales (sauf le sport) durant deux mandatures et quatre ans, Marc Quirynen a pris le relais de Marcel Sepul en 2010. Le premier citoyen de Nassogne affiche ainsi trente années de politique au compteur : six comme conseiller, seize comme échevin, huit comme bourgmestre.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct