Georges-Louis Bouchez, l’exception libérale qui gagne

En 2012, Georges-Louis Bouchez affichait un score personnel de 2.250
votes. Il a cette fois rassemblé 4.976
voix, du jamais vu pour l’opposition à Mons.
En 2012, Georges-Louis Bouchez affichait un score personnel de 2.250 votes. Il a cette fois rassemblé 4.976 voix, du jamais vu pour l’opposition à Mons. - Photo News.

Côté libéral, le principal vainqueur du scrutin pourrait bien s’appeler Georges-Louis Bouchez. Lui-même en est convaincu. Et il existe des raisons objectives de confirmer son analyse. Dans les grandes villes de Wallonie, le MR perd des plumes partout : Verviers, Liège, Namur, Charleroi ou Tournai. Mons fait figure d’exception.

Les plus sceptiques porteront un argument fort : dans le chef-lieu du Hainaut, le sigle MR n’apparaissait pas sur le bulletin de vote. L’avocat montois menait une liste baptisée « Mons en Mieux ! » et celle-ci ne comptait que 14 candidats étiquetés MR sur 45. Mais Georges-Louis Bouchez a toujours revendiqué son engagement personnel : « Durant la campagne, j’avais l’habitude de parler d’une liste tirée par un libéral, c’était clair pour les électeurs. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct