Raoul Hedebouw: «Les lignes bougent, laissons une chance aux discussions»

«
Il faut que la gauche sorte du fameux  Tina , le  There is no alternative  (il n’y a pas d’alternative) de Margaret Thatcher. 
Elle doit arrêter de dire
: on n’avait pas le choix.
»
« Il faut que la gauche sorte du fameux Tina , le There is no alternative (il n’y a pas d’alternative) de Margaret Thatcher. Elle doit arrêter de dire : on n’avait pas le choix. » - Pierre-Yves Thienpont.

Pour eux, c’est un peu je t’aime moi non plus. Ce qui n’est pas un programme de gouvernement, où les partenaires ne sont pas obligés de se marier, mais quand même de faire un bout de chemin ensemble.

PS et PTB se tournent autour. Les délégations locales respectives se rencontraient mardi soir à Liège. Elles devaient se parler ce mercredi après-midi à Molenbeek, mais les PTbistes ont fait savoir à Catherine Moureaux qu’ils voulaient reporter la rencontre à… lundi prochain. Mauvais signe. Enfin, elles s’apprêtent en principe à s’asseoir à la table à Charleroi, à Herstal, à Seraing.

Les communales du 14 octobre accoucheront-elles de la première alliance rouge-rouge dans le paysage francophone ? On est loin du compte, mais rien n’est écrit. Où vont PS et PTB ? Ecoutons Raoul Hedebouw…

Votre message à ce stade ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct