«First man»: Damien Chazelle confirme son talent de réalisateur

Une appropriation pleinement réussie du destin mythique de Neil Armstrong.
Une appropriation pleinement réussie du destin mythique de Neil Armstrong. - DR

La question était sur toutes les lèvres à Venise en septembre : Damien Chazelle allait-il faire un retour réussi après le succès sans frontière de La La Land  ? La comédie musicale du réalisateur franco-américain avait en effet explosé tous les records en 2017 avec près de 400 millions d’euros de bénéfices au box-office mondial, sept Golden Globes et six Oscars sur quatorze nominations… et la pression en était d’autant plus grande.

Un pari complexe mais réussi. Présenté en ouverture de la 75e  Mostra, First Man a convaincu la plupart des critiques et le public. Biopic sentimental mais pas sentimentaliste sur Neil Armstrong, le premier homme à avoir marché sur la Lune (incarné ici par Ryan Gosling), ce quatrième long-métrage permet à Damien Chazelle de confirmer qu’il est, à 33 ans à peine, l’un des réalisateurs incontournables de sa génération.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct