Victor Polster est hallucinant de justesse dans «Girl»

Victor Polster est hallucinant de justesse dans «Girl»

Quelques mois après Cannes, Victor Polster, 16 ans, n’a pas changé. Il a toujours le teint diaphane, un visage dessiné au pinceau et a le pas léger comme une libellule.

Il mène sans trembler la danse de son destin dont la priorité est… la danse et il a retrouvé son école, ses copains et les exigences de son art. L’euphorie cannoise autour de sa personne n’a pas fait vaciller sa détermination première chevillée au corps : devenir danseur professionnel.

Si le cinéma lui a ouvert un nouvel horizon, aucune proposition jusqu’à présent n’a été assez forte pour le faire bifurquer. Il dit volontiers : «  La danse n’est pas une obligation, c’est un besoin.  » Il s’y prépare depuis l’âge de 9 ans, pratiquant son art avec l’application d’un élève sérieux de l’École royale de ballet d’Anvers.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct