Carte blanche: Le dialogue sur les trésors coloniaux doit l’emporter sur le paternalisme

Pour le collectif de signataires, les musées doivent offrir plus de transparence concernant les données sur la provenance d’objets dont ils disposent auprès des chercheurs non-professionnels, en particulier aux Africains et à la diaspora africaine.
Pour le collectif de signataires, les musées doivent offrir plus de transparence concernant les données sur la provenance d’objets dont ils disposent auprès des chercheurs non-professionnels, en particulier aux Africains et à la diaspora africaine. - Bruno D’Alimonte.

A l’occasion du récent débat sur l’opportunité d’une restitution d’objets de musées belges qui ont été acquis pendant la période coloniale au Congo, un certain nombre d’universitaires et de professionnels des musées et du patrimoine viennent d’échanger des expériences et des idées. Evidemment ce débat revêt également une grande importance pour les collections venant du Rwanda et du Burundi, ainsi que pour d’autres parties de l’Afrique et d’autres continents.

Dans l’espoir d’apporter une contribution positive au débat sur les collections du Congo, nous voudrions faire les remarques suivantes :

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct