Du sport sur prescription

Bouger, c’est sain. Et pratiqué sous l’œil d’un professionnel, cela permet parfois de se passer d’un médicament, si on est malade.
Bouger, c’est sain. Et pratiqué sous l’œil d’un professionnel, cela permet parfois de se passer d’un médicament, si on est malade. - J.-P. D.V.

Les bienfaits du sport sur la santé ne sont aujourd’hui plus remis en question. Ce que l’on sait moins, c’est que la pratique sportive peut s’assimiler à un médicament efficace, à condition de la pratiquer de manière régulière, sous l’œil avisé d’un professionnel.

Depuis le début du mois d’octobre, la ville d’Ottignies-LLN a lancé le concept de « Sport sur ordonnance ». Une dizaine de malades ont ainsi été invités par leur médecin généraliste à des séances de sport. Hasard du calendrier, Chaudfontaine dans la région liégeoise, s’est lancée dans le même programme.

Le concept de « Sport sur ordonnance » est copié sur l’expérience lancée à Strasbourg en 2012 et qui touche désormais une petite cinquantaine de cités françaises. En Wallonie, Frasne-lez-Anvaing a commencé son expérience en septembre 2013.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct