Mort du journaliste Jamal Khashoggi: des explications saoudiennes qui ne passent pas

©EPA
©EPA

Non, l’admission la nuit dernière par l’Arabie saoudite de la mort du journaliste Jamal Khashoggi au terme d’une «  rixe  » dans son consulat le 2 octobre dernier ne suffira pas à clore le dossier. Non, la réputation de ce pays n’en sortira pas lavée de tout soupçon. Non, « MBS », Mohamed Ben Salmane, n’est pas tiré d’affaire et son aura paraît irrémédiablement ternie par cette affaire, la énième qui flétrit l’image du bouillant prince héritier et, à travers lui, celle de la plus vaste pétromonarchie du Golfe.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct