Pourquoi vaut-il mieux éviter de consommer les baies de goji?

Ces baies séchées en provenance de Chine sont censées améliorer la santé. C’est tout l’inverse si elles présentent des traces de pesticides.
Ces baies séchées en provenance de Chine sont censées améliorer la santé. C’est tout l’inverse si elles présentent des traces de pesticides. - Belga

Q ue sont les super-aliments ? A la mode depuis une poignée d’année, cette famille de produits cartonne chez les personnes en quête d’une alimentation saine et pleine d’énergie. Les super-aliments sont en effet censés contenir de hautes teneurs en vitamines, en sels minéraux et en antioxydants. Leurs vertus supposées ne sont toutefois pas reconnues scientifiquement. Et leur appellation tient assez clairement du marketing. Au sein de cet ensemble alimentaire se distinguent les graines de chia, originaires d’Amérique du Sud et riches en oméga 3. Tout aussi en vogue, les baies de goji, venues de Chine et mangées sous forme sèche (elles ont l’apparence de raisins rouges), seraient bénéfiques contre l’hypertension, le mauvais cholestérol, la fatigue et les déficiences immunitaires.

Pourquoi les baies de goji posent-elles problème ? Test Achats a analysé en laboratoire 15 paquets de graines de chia vendus en Belgique et 15 autres de baies de goji, dont une part estampillée bio. Verdict étonnant que l’association de consommateurs a livré en exclusivité au Soir  : une part alarmante de ces produits, y compris ceux censés être issus de l’agriculture biologique, présente des résidus de pesticides. Les graines de chia examinées par Test Achats ne constituent toutefois pas de menace nette pour la sécurité alimentaire : 12 produits (8 bio et 4 conventionnels) ne contiennent aucune trace de pesticides, 2 non-bio recèlent des résidus en dessous de la limite et un bio est entaché de glyphosate. La situation est bien plus préoccupante pour les baies de goji. Test Achats y a décelé jusqu’à 14 traces différentes de pesticides. Seuls cinq échantillons étaient irréprochables. Inquiétant, écrit l’association : « Ici, le bio ne vaut pas mieux que les aliments conventionnels. Il est même pire. » En effet, 4 paquets dont 3 bio, dépassent la limite maximale de résidus.

Que font les autorités ? L’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca) n’a pas attendu l’enquête de Test Achats pour agir. Elle a ces super-aliments dans son collimateur, vu leur introduction récente sur le marché. Et elle fait bien, puisque, rien que depuis le début de l’année, elle a effectué 7 rappels de baies de goji (sur un total de 110, tout produit alimentaire confondu), « suite à la mise en évidence d’un dépassement de normes pour certains résidus de pesticides ». Le 27 avril dernier, l’Afsca avait déjà indiqué qu’elle allait renforcer les contrôles de baies de goji. En prime, elle a demandé à l’Europe et aux agences de contrôle alimentaires des différents Etats membres d’en faire de même.

Qu’en pensent les experts ? Voilà de quoi durcir la position des spécialistes de l’alimentation saine, déjà fort méfiants envers les super-aliments produits en hors de l’Union européenne. «  Mieux vaut éviter ce qui est issu du terroir chinois car celui-ci est globalement contaminé par des substances phytosanitaires chimiques, estime Martine Fallon, chef et coach en cuisine vivante. De plus, on ne connaît pas la méthode de séchage de ces baies. Faites appel à votre intuition : quel contrôle avez-vous sur des aliments venant de si loin ? » Quant à Nicolas Guggenbühl, enseignant en diététique à l’Institut Paul Lambin, il met lui aussi l’accent sur « des pratiques agricoles parfois problématiques dans certaines régions du monde. C’est triste pour le bio qui est pratiqué avec sérieux en Europe et tout particulièrement en Wallonie »

Que consommer à la place ? Fort de son enquête, Test Achats recommande de ne plus consommer de baies de goji. « Elles sont chères et présentent un risque accru de quantité excessive de résidus de pesticides et ne sont pas produites localement ». L’association, tout comme les experts que nous avons interrogés, conseille dès lors de privilégier les fruits de saison et, en matière de fruits séchés, de se tourner vers les raisins, les abricots et les myrtilles produites le plus près possible de notre territoire.

Cet article réservé aux abonnés
est en accès libre sur Le Soir+

Cet article réservé aux abonnés est exceptionnellement en accès libre

Abonnez-vous maintenant et accédez à l'ensemble des contenus numériques du Soir : les articles exclusifs, les dossiers, les archives, le journal numérique...

1€ pour 1 mois
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose d'un compte
Je me connecte
1€ Accès au Soir+
pendant 24h
Je me l'offre
Je suis abonné et
je souhaite bénéficier du Soir+
Je m'inscris

Commentaires

A la une
Tous

En direct

Le direct