«L’Avenir n’est pas à vendre», répond Nethys à IPM

«L’Avenir n’est pas à vendre», répond Nethys à IPM

LAvenir n’est pas à vendre  ». C’est la réponse claire de Nethys à IPM, qui s’est dit prêt ce lundi à racheter la marque.

Lundi, François le Hodey, administrateur-délégué d’IPM, a déclaré dans les colonnes des journaux La Libre et La DH qu’il était prêt à racheter l’Avenir à Nethys, et à abandonner le plan de licenciement collectif annoncé mardi dernier.

«  Nethys s’étonne de la proposition de rachat de L’Avenir par IPM, tant par la méthode utilisée – un article dans ses propres titres de presse –, que dans la mesure où elle émane d’un groupe qui est lui-même dans une situation financière délicate depuis de nombreuses années  », a réagi Nethys ce lundi soir dans un communiqué.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct