l’édito

Le vieux monde se meurt, surgissent les monstres

Jair Bolsonaro.
Jair Bolsonaro. - Reuters.

Le règne de Jair Bolsonaro s’ouvre au moment où celui d’Angela Merkel se termine. Il y a dans la concomitance de ces événements, un résumé du basculement qui est en train de s’opérer dans le monde, terrible et extrêmement symbolique. D’un côté le triomphe d’un dirigeant d’extrême droite sexiste, raciste et homophobe, faisant l’apologie de la torture, et de l’autre l’échec d’une chancelière, ancre de stabilité politique et démocratique pour son pays, pour l’Europe, mais aussi le monde. L’arrivée de Donald Trump et la toute-puissance de Poutine ont ainsi fait d’Angela Merkel la dépositaire de la raison dans un champ politique mondial miné.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct