Jephan de Villiers, Voix et fragilités des mondes L’enchanteur

Edition numérique des abonnés

C’est en forêt de Soignes que Jephan de Villiers a déployé ses ailes de poète et de sculpteur avant de conquérir son public aux quatre coins de la terre. Un sculpteur particulier puisqu’il ne sculpte pas mais façonne, assemble, compose, architecture, met en scène des objets inouïs, de petite ou de grande envergure.

Foulée aux pieds, en péril, la nature y ressurgit sous forme de fragiles créatures aux têtes minuscules, emmaillotées dans des linceuls, ligaturées de feuilles, de brindilles et de terre, trônant dans des écrins sylvestres, des nids, des niches dont la grâce précise défie l’imagination.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct